Ze pingu'Z vouaib

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

29 11 2007

Quand le bateau coule ... je veux monter à bord !

Aller, zou, comme promis un nouveau billet !

Rest à trouver de quoi parler (ça devient une habitude !).
En fait, c'est plus de sentir ce qui m'inspire en ce moment même. Parce que si je note tout ce qui m'a fait réagir ces derniers temps, y a un paquet de truc.
On pourrait commencer avec les mecs qui conduisent comme des merdes. Bon, OK, je vous l'accorde, moi aussi j'ai mes p'tits moments; Mais quand je vois certains, je me dis que je conduis vraiment comme un grand père. Genre, oui, je pense au gars qui s'est retrouvé face a moi, juste parce qu'il doublait dans un virage ...
Alors là tout de suite, petite question : depuis quand double-t-on comme taré (il devait être a 80 au bas mot) dans un gros virage serré, de nuit, par un brouillard verglassant sur une route étroite et au revêtement completement décanillé ?

Oui, oui, messieurs dames, on tient le ponpon.

Dans la même catégorie, je pourrais vous parler des bus/camions roulant au milieu, comme des barbares. Je vais finir dans un ravn un de ces 4 moi ...

Mais, en parlant des p"tites routes de part chez moi, je pourrais aussi vous raconter la poésie à m'en faire bander les poils des paysages que je traverse chaque matin. Vraiment, y a des fois ou j'ai l'impression de traverser la conté. Juste ce matin, je monte dans les monts, comme d'hab quoi, et, assez rapidement, hop, je sors du brouillard. Et là ... la chaude lumière orangé du soleil levant, qui rase la mer de nuage d'un blanc immaculée, donne l'impression que les fôrets sont de flammes sous leurs feuilles d'un rouge automnal. Les près scintillent couleur pastel sous le givre matinal ... ouai, nan, y pas à dire, c'est assez sympa d'aller au boulot dans ces cas là.

Mais pour en revenir à des sujets qui fachent, je pourrais parler de cette vague impression (sic) que j'ai de temps à autre que nous allons complètement dans le mur. Plus ça va, plus je donnerais ma main à couper que nous aurons une guerre civile sur les bras dans 10 ans. Vu d'un certain angle (vous savez, quand on regarde les subventions pour l'industrie après d'avoir vu misérer ses collègues pour avoir 2000 € de subvention), le social dans notre pays, c'est une vaste blague. Et une nécessité plus que préssente.
Nan, plus ça va, plus j'ai le sentiment qu'une vrai fracture est en train de se créer dans notre beau pays, mais surtout, que plus personne ne se parle. Ne se parle ? Nan pire, que plus personne ne veuille se comprendre.
Pour moi, ce n'est pas qu'on ne s'écoute pas, qu'on ne se parle pas. Si, ça on le fait. Mais ce qui me fait flipper, c'est que j'ai de plus en plus l'impression qu'on ne veut pas se comprendre. Genre, on fait les gamins qui boudent dans leur coin, on campe sur ses positions sans regarder les arguments, la vie, la position de l'autre.
C'est ça le pire je crois, c'est de voir que mes congénères préfèrent rester entre eux par petits groupes, se cachant les uns aux autres le monde, par ce que c'est bien plus facile ainsi, avouons le nous.

Le communautarisme est là. L'esprit de clocher de l'an 2000. En pire. En bien pire.

Je pourrais aussi parler de notre cher président, décidement Roi de notre Ére à voir comment il met les deux pieds dans l'État d'esprit que je viens de décrire brièvement. J'ai bien essayé de regarder son allocution télévisé, mais j'en étais malade au bout de 10 minutes. Putain, merde !
Bordel de chiotte ! Comment un obscurantisme pareil peut nous gouverner !?!?
Se rend-t-il compte des conneries qu'il débite ?
Ne lui a-t-on jamais décris ce qu'étais un ado en rupture ?
Ne lui a-t-on jamais dit qu'il est lui même fils d'immigré ?
Ah ! Que je regrette d'avoir déjà oublier ses phrases exactes, ni d'avoir pris de note (promis, la prochaine fois je le fais).

Mais que son discours m'a fait bondir
Combien ma vision du monde est à l'opposée de la sienne !
Certes, je ne prétends pas, loin de là, de connaitre la vérité vraie, mais je pense tout de même que les convictions qui me guident prennent source dans une certaine réalité. Dans une certaine expèrience du public adolescent, que j'anime depuis 6 ans, adolescence qui est encore très fraiche en moi.

Car si je suis d'accord que les évènements sont innaceptables, le fait "d'individus complètement destructurés" et que tout cela demande une réponse conséquente ... le reste ... Oh My God !
Ne lui a-t-on jamais dit qu'adolecents (car oui, il s'agit bien d'adolescent pour moi) et destructuré sont deux termes qui s'assossient bien trop souvent ?
Un passage assez révélateur de ce que je dénonce est l'echange qu'il y a eut entre Mr le Président et Arlette Chabot. Cette dernière lui demande si le contexte social des cités ne peut pas être un facteur agravant. Ce que le chef de l'Etat s'empressa de nier. Non, c'est vrai que le misère n'agrave rien, laisse les personnes fragiles de marbre, sans blessures. Car oui, rappelons le, s'il y a bien des personnes fragiles, ce sont bien les adolescents ! Mais bon, revenons donc à nos moutons.
Notre Président déclare alors, je ne citerais pas car je n'ai plus les mots exacte, quelque chose de ce genre : il ne faut pas dire que tous les chomeurs cassent, brulent. Ca n'a rien à voir, c'est le fait de voyou, qu'il faut réprimer sévèrement.

STOP

Je dis stop. Piège. On pourrait se dire à première vu, bonne annalyse, il est vrai que la très grande majorité des chomeurs ne pêtent pas des cables de cette façon, et encore heureux. On pourrait donc se dire à première vu, bravo Mr le Président, voila bien parlé et un almagame bien évité.
Sauf qu'un amalgame peut en cacher un autre, et moi, il m'en saute un autre aux yeux bien plus féroce, bien plus dangeureux. Celui de dire ado destructuré = voyou (quel terme débile d'ailleurs !!!)
Je ne sais pas trop par ou commencer pour voux expliquer ça. C'est que ça renvoie à ce qui fait un peu beaucoup ma vie, mon job, mes loisirs, le fait d'animer, d'accompagner des ados et jeunes adultes (grosse blgue quand on connait mon age au passage). C'est que ça me touche et blesse au plus profond du dedans de mon p'tit corps ses conneries, à notre Président.
Disons qu'il y a dans l'analyse de l'État une négation certaine de l'adolescence, de ses problèmes, de ses spécificités, de ses caractéristiques. Et que c'est la jeunesse, le futur de notre société qu'on menace.
J'en entends déjà dire parmi vous, oui, mais non, on est ado nous aussi, ou on l'a été, et c'est pas pour autant qu'on fait la révolution. Certes, mais moi, c'est pas la brebis bien portante qui m'intéresse, nan, c'est celle qui boite, vacille, et s'ecarte dangeuresment de ses congénères.
Moi, ce que je vois, c'est qu'il y a un gros paquet d'ados qui galèrent à se trouver une place dans notre monde, qui n'arrivent pas à se construire eux même, et qui ne peuvent pas avancer le moins du monde, puisque, j'en suis plutot convainu, la construction du moi et de sa place dans la société est une bonne partie de qu'est l'adolescence.

Et il m'est très facile de voir qu'on laisse ainsi sur le banc de notre société une partie bien trop concéquente de notre futur. Car si la majorité ne pose pas plus de problème que ça, à force de faire des généralités sans considérer la spécifité de chaque être, on est en train de tuer un sacré nombre de trésors.
Et ça, ça me fait profondement chier.

De voir comment on nous monte les uns contre les autres, au lieux de nous rassembler autour d'une vraie discussion, où les 3 premiers chapitres seraient déjà juste réservés à la découverte de l'autre.

Ca me fait chier de voir qu'à la place d'un encadrement correcte, on donne des coups de baton. Ce qui pour moi, envenimera les choses de façon extrèmement violente et définitive.
Ca me fait chier de voir qu'au lieux de donner aux enfants la possibilité de jouer, s'épanouir, se developper, on donne du fric aux matraques.
Ca me fait chier de voir tout ce monde autour de moi raciste, intolerant, incomprehensif, qui se fout de tout ce qui ne concerne pas son petit cul.
Ca me fait chier de voir comment notre monde se communautarise, se caricature, à l'heure de la soi-disante "ère de la communication".
Nan nan, derrière nos mails, facebook, sms, on oublie ce qu'est l'Homme, sa fragilité, sa beauté, sa faiblesse, sa force quand il se trouve solidaire.

Nan, vraiment, il y a quelque chose qui ne tourne définitivement pas rond.
Comme je l'ai dit au début, j'ai ce sentiment qu'on cour en accélérant droit dans le mur.
J'ai eut ce sentiment comme jamais, quand, hier soir, rentrant épuisé du travail, j'ai eut l'absurde idée de regarder le JT télévisé.
Je ne le referais plus. Ca me rend vraiment trop malade

La seule vraie question, dans tous ça, c'est : "pourquoi je crois en l'Homme malgré tout ?"
Parce que je crois en Dieu ? Peut être, peut être ...

22 11 2007

j'suis faaaatiiiguéééé

Aller, hop, un petit nouveau billet.
C'est vrai, ca commence à faire un moment que je n'ai rien posté de conséquent. J'espère avoir un peu de temps la semaine prochaine pour reprendre un rythme de publication décent ... mais pour le moment, j'suis assez occupé. Les moments de libres sont rares et courts.

Bon, je vais remédier à ça...
J'dois tout de même vous avertir que je ne sais pas vraiment encore de quoi je vais parler.
C'est pas que j'ai rien à dire, nan, nan. Au contraire, 30 fois par jours, j'me dis "tiens, faut que je parle de ci, de ça..."
Mais vu mon état actuel, même un poison rouge passe pour un génie de la mémoire à côté de moi. Bref (comme dirait pépin), j'me retrouve comme un con devant mon écran à me demander ce que je vais raconter.

Bon, vu mon état (bis), je vous résume ce que je raconte ensuite : des conneries, ma vie, des conneries. J'crois pas pouvoir raconter d'autres trucs.
A part vous raconter le boulot...

Ooooh oui, ça fait space de se retrouver à bosser comme ça, après 4 ans bien tranquile (oui, j'affirme la chose, la fac, c'est tranquile).
Nan, c'est vrai, hier soir, j'suis aller me coucher à 8h30. Merde, ça fait 10 ans que ça ne m'étais pas arrivé !
8h30 quoi ! C'était en primaire que je me couchais si tôt !

J'vais faire grève. Ouaip. C'est la mode à ce qu'il parrait.
Stop. Je veux reglander !

...

En plus, nan, c'est même pas vrai. J'dois être maso ! Nan, merde, c'est vrai quoi !
Je suis en train de m'appercevoir que trimer comme un con, ça me dérange pas plus que ça !
Au secour !
Est ce que ça existe des médocs contre les tendances sado-maso ?
Nan ? Ah ... merde.

Bon, bref, j'va pas faire grève. De toute façon, j'rentre pas dans les quotats actuels des grévistes : être dans la fonction publique (ou assimilé).
Ah ! Il faut pas généraliser. Non, c'est sur. Mais j'dois avouer, que vu d'ici, c'est dur de ne pas le faire. (à noter vu d'ici = j'ai accés aux infos 10 min par week end)
Donc, oui, ce week end, j'ai appris que les étudiants se joignaient par solidarité aux cheminots en plus de leurs propres revendications (tiens donc O_o), que les profs fesaient grêves (bon, j'ai loupé leurs revendications, alors, je ne jugerais pas de la légitimité du truc) ...

Nan nan, c'est cool. Juste que quand on a accés aux infos par brides anorexiques, ça ressemble à un gros bordel généralisé croisée à une grosse farce !
Mais bon ... j'dois avouer en avoir un peu rien à cirer dans ma p'tite bulle campagnarde.
Ici, même si ça demande pas mal d'investissement, tout roule à peu près.
Mouahahaha, j'suis vil.
Au pire, j'peux toujours que ça avait été annocé ça.
Oh oh oh ! J'suis kré kré kré vil.

A tiens, en parlant de promesse de notre petit copain nicolas, travailler plus, pour gagner plus ... J'viens de découvrir que l'association qui m'emploi ne peux pas payer d'heures supp. (d'un autre coté, j'préfère que l'argent parte dans des projets, il sera vraiment utile a tout le monde ;) )
C'est con, parce que j'aurais pas eut de mal à faire des semaines de 40h. En fait, la difficulté ça va être de se limiter à 35h. Ah ah ah.

Bon, j'vais arrêter de divaguer, je commence à fleurter doucement à dévier vers du propos politique. Et que si je commence à tomber sur les politiques sociales, je sens que je vais m'ennerver.

Et puis c'est pas tout, mais ça va être l'heure d'aller manger. Et que manger, pour le coup, c'est vraiment important.

13 11 2007

En direct de la MFR de Montbrison

J'sais pas, j'avais envie de vous donner deux trois p'tits trucs en direct live d'ici, puisque finalement j'ai un accés à internet. (oui, je suis sauvé !)(mais naaaan, je ne suis pas un geek !)
Bref, comme dirait pépin, je suis sur un post d'accés à internet.
Notez, je n'ose dire ordinateur vu comment la bête rame, plante ...
Un vrai bonheur ! Même dans le cyber de Cotonou (Bénin) je n'avais pas si mauvais appareil (oui, oui, je joue mon petit geek précieux occidental :D)
Juste pour les connaisseurs qui aiment rire, la bête est un PIII (j'vais essayer de trouver a combien qu'il est cadenser, le veau), 64 MO de rame, DD 10 Go (s'il vous plait) , chipset graphique NVidia RIVA 128/128ZX. Et une connection internet ... déplorable. Le pire peut être étant Win 98 2nd édition ...

Bref, cessons de nous appitoyer inutilement et vilement sur des choses bassement matériel pour élever le débat sur des problématique bien plus Humaines.

Car voila que je viens de faire ma rentré, voila que je viens de remettre les pieds dans un cursus "scolaire" dans une formation.
Et bien ! Quel choc !
Oh non ! Non pas que je suis troublé, désapointé, déboussolé, que sais-je encore de remettre mes adorables petites guiboles sous un bureau (d'ailleurs au passage, les casiers, sous les bureaux, d'une ça sert à rien, de deux, ça fait super mal aux genoux !) mais quel choc de tomber sur un organisme de formation à taille humaine, d'un fonctionnement humain quand on vient ... de la Fac !

Il faudrait, pour être juste, précis et complet faire une description de ce que furent mes trois merveilleuses années de fac ... les amphis surpeeer interessant avec des profs moootivés comme tout auxquels je venais sans jamais me poser de questions (qu'est ce que je fous là, pourquoi je continue à venir), les services administratifs rapide, chaleureux, disponibles ...
Mais je n'ai malheuresment pas le temps (je veux pas rater le repas du soir °o°)

Bref, je me concentrerais à vous donner quelques petits points rapide qui m'ont particulièrement plus.
Je viens donc d'entrer en formation à la MFR de Montbrison. Dans une section considérée comme formation pour adulte. Et là, ça change tout.
Bon, déjà, à la base, avec qui que ce soit, les profs/formateurs sont toujours très disponibles, présent sur place, que ce soit avec les "grands" (nous, adultes) ou avec les """petits""" 4°. Ou peut être considère-t-on ici que déjà, à l'entrée de l'adolescence, on peut déjà être assez responsable pour avoir, entretenir de véritable relation humaine.

Sidérant °o°

Bref, lundi matin, les yeux dans l'brouillard et la tête dans l'cul, arrivée nonchalante au centre de formation. Outre la re-découverte de la totalité de la promo, et l'acceuil tout grand sourire par le personnel, on nous offre un pot d'accueil, café/thé/petit gateau ... wooooooo je sens déjà que je vais me sentir bien.

Un petit détail certes anodin, certes sans la moindre importance apprente, mais qui fait tout le détail et est extrèmement révélateur de la philosophie de vie locale.
Et la suite est du même accabit. Bon, je dois avouer, pour l'instant, parmi les 15 individus composant cette promo, pour l'instant il y a une très bonne ambiance, ce qui aide, hein, ne nous cachons pas les yeux. (àa serait dommage)
Mais je dois avouer apprécier tout particulièrement la pédagogie locale, super tranquile et vraiment basé sur le dialogue. Pour ceux qui connaisse, je me surprend parfois a retrouver un peu l'ambiance des stages BAFA. Bon, en un peu plus sérieux, mais ...

Comme quoi, rire n'empeche pas d'avancer.

Autre point qui sidère quand on a la fac comme référentiel : la communication.
Tout est basé dessus. Entre stagiaire et formateur, en stagiaires, entre formateurs ...
Tout est basé dessus. En deux jours, j'ai discuté avec un nombre phénoménal de formateurs, de personnel. Et ça, ça fait du bien.
En fait, j'crois pour avancer cette hypothèse : les Maison Familiale et Rurale (MFR) sont le contraire du système universitaire.
Bon, je sais ceci dors et déjà faux, mais ... Retour sur cette hypthèse H0 dans quelques temps.

Sur ce je vais devoir vous laisser mes bout de pneus, hasta la vista !


PS : je relirais ultèrieurement, pas le temps là malheuresement :(

11 11 2007

Djembeeeee

Hop, un petit pretexte de billet pour vous dire en fait que je ne sais pas du tout si je vais pouvoir me connecter ces deux prochaines semaines.
Normalement, oui, suffisament pour continuer de billeter, mais ...
Bref, si vous ne voyez pas de billets, ne vous inquiétez pas, j'suis pas mort !

Sinon, je voulais juste vous filer quelques vidéos de djembe et percu.
Parce que ça atomise de la pucelle d'orlean à l'écaille de pangolin le djembe !
Et que j'avais envie de parler un peu d'Afrique, ou plus précisement dans notre cas d'un élément culturel Africain. (ca reste evasif, je sais)(tiens, me vient l'idée de poster de temps à autre dorénavant des billets traitant de mon voyage d'il y a un an au Bénin. Ca pourrait être cool. En plus, j'ai plein de photos !)

Bref, commençons par ce solo qui poutre. Bon, rien de monumentalement incroyable. Mais ça fait du bien à entendre O_o
Ensuite, un jeune prodige. Comment il gère le gamin !! J'vous jure. Ça m'dégoute oO
Pour finir, deux vidéos qui se suivent. Vraiment pour le coup, c'est énorme. Une troupe ganéenne filmée au 2006 International Percussion Festival in Bamako (Mali). J'adore j'adore j'adore ! Notez dans la deuxième vidéo la dance des 3 femmes qui fait passer la techtonique pour une java molle O_o | Vidéo 1 || Vidéo 2 |

Enjoy mes poulets-mayo !

Edit : Oui j'aime les edits.
Mais je viens de tomber sur quelque chose que je ne peux m'empecher de vous faire partager.
Je viens d'aller voir ce que donnait vite fait phpMyVisites (stats de visite du site), pour m'appercevoir qu'un visiteur a accédé au blog après avoir tapé ceci sur google : vive social de la loutre. Oh ! Mon dieu ! J'en pleur de rire ! Bénit soit ce saint, ou cette sainte, qui peut être sans le savoir, vient de donner ses plus belles lettres de noblesse au blog. Je crois que pas grand chose de plus pouvais me faire plus plaisir. (pour la petite histoire, la loutre est le surnom de ma nouvelle tuture)
Mais ce n'est pas finit ! Car je viens de faire moi même la recherche et ... en effet, le pingu's vouaib apparait en première page !
Avec la description suivante : De la vie sociale ... enfin, sa reprise : récit d'une journée étrange Part 2 .... Plus pauvre que l'idée d'une loutre shootée au dioxyde de soude d'Alabama. ...
Oui, ça peut interloquer ...
Bref, comme dirait pépin (oula ! J'ai fallit l'oublier celui là !) je vais me coucher heureux !

Parce qu'on est tous des stars

C'est marrant comme c'est con le besoin de reconnaissance.

S'il y a bien un truc naze et inutile sur cette Terre, c'est bien ça.
Mais voila que je commence par la fin ! Laissez moi vous raconter l'histoire par le début !

Oui, il parrait que c'est mieux de faire comme ça.
Oui oui, depuis tout petit, on m'apprend à l'école qu'un bon argumentage est un argumentage dans l'ordre, intro dev conclusion ...
Pour s'extasier plus tard devant Pulp Fiction qui est un bordel chronologique digne d'une partouse de verre de terre.
Bref, tout ça pour dire qu'en fait, ça tombe bien, c'est pas un argumentage ... d'ailleurs, je ne sais pas si vous savez, mais un argumentage, ca veut rien dire.

Ne me remerciez pas pour cet éclaircissement de votre immense savoir, le pingu'Z vouaib millite lui aussi pour l'élargissement culturel ... à sa manière.

Bon, je disais quoi ?
Rah, spa possible, à raconter de la crotte de chamois, je ne sais plus ce que je disais !
Pas grave, on enchaine hifi ... c'est qui hifi ?

J'étais donc sur msn avec un pote à la compote (voir un pote à la con .. mais faut pas le dire, il a le coup de boule qui démange en ce moment ... je sais pas, c'est peut être le fait d'être amoureux ... il a pas l'habitude, ça le rend nerveux ... Bascréan si tu me regarde, patapay !!!! (ah ah ah la super longue parenthèse qui tue et vous fait perdre le fil (dentaire (wooo fooo c'est une orgie parenthique)))(bon, attention mes enfants, je reprends sec)) et je remarquais qu'il y avait plus de commentaire sur les sujets plus (ou moins) sèrieux que les billets du connerinotron.
Bref, comme dirait pepin (y a un minimal syndical par billets, dsl), outre le fait que vous me forcez à vous raconter moins de conneries - ce qui est krékré vilain, soyons clair - m'a sauté immédiatement aux yeux le gravissime fait suivant :

" - Putain, mais c'est que j'aime avoir des commentaires ! Serais-je en quète de comzzz, tel un kévin moyen ?
Ah ! Mon Dieu ! C'est hooorismble !
Et là, tout s'enchaine, tout s'emboite, soudainement le drame se met en place, se déroule, se tue ... oh oh oh ! je m'emballe !
Reste tout de même que je réalise qu'hier, innocemment, sous la bien évidente excuse du : je veux voir comment le script php fonctionne, j'ai installé un compteur, non deux compteurs de visites, Google Analytic et phpMyVisites ... (Bien sur c'est faux, hein ... c'est du javascript.)
Mes aïeux, mes cadets, mes p'tits frères, mes p'tites crottes en chocolat, oui, le mal est fait.

Ah ahhh ! J'entends déjà les fayots du fond la classe (bin oui, pourquoi ils auraient pas droit d'être au fond pour une fois) me dire :
" - Mais non, mon pingunet, c'est juste que t'aime savoir que ce que tu écris ne tombe pas dans le vide inter-galactico-sidéralo-allo? de l'internet, et surtout que tu aimes ensuite papoter avec les commentateurs.

...

... Fayots !

Mais non, je sais bien que je suis lu, et ça me va bien !
Et puis au fond, je sais bien que je suis lu (tiens, y a de l'échos). Je n'ai pas fait ce blog pour être une star, pour être lu par une foultitude, puisqu'il a fallit être volontairement confidentiel ... nan nan, ce n'est pas ça.
Ce n'est pas non plus pour raconter des conneries dans les commentaires. J'en raconte bien assez comme ca dans ma vie. Va faloir d'ailleurs arrêter un jour, parait-il ... mais bon, on m'annonce si souvet la fin du monde ...

Bon, mais dans tout ça, qu'est-ce qui me dit d'où qu'ça vient cette terriblement débile envie d'être lu, admiré, porté en triomphe, aimé, chérie ... tiens, je m'emballe de nouveau.
Le pire étant que dans ma vie de tous les jours, quand je suis déguisé en personne normale dans la Real Life, bin j'en ai strictement rien à péter de cette fichue envie de reconnaissance.
Nan, en fait, c'est pas mon cas qui m'inquiète (ca fait bien longtemps que j'ai abandonné la chose O_o) mais plutôt de voir que nous sommes tous logés à la même enseigne. Pitain, bob, on est tous les même !
Oui oui, populace décadante que nous sommes, vils êtres narcissiques et mégalomaniques, nous devrions tous avoir honte.
C'est marrant comme ce désir pousse à des choses débiles quand on y pense.

Je pense par exemple aux skyblogs, Ô vénérés et conspués skyblog.
C'est vrai, au fond, ca sert à quoi de montrer sa tronche ? Ca ne va pas changer la face du monde, non plus la sienne, de face.
" - é lé ga maté kom jsui tro 1 gosbo !
- hu hu hu, la tête de linotte, t'as oublié de mettre un tee shirt !
- koi ! kestu mveu ! lach moi sal batar
- A part ma souris, je vais pas pouvoir lacher grand chose !"


Oui, outre le fait que cela rend en plus agressif chez certains, que je ne vous traduirez pas ça en français, que tête de linotte c'est ke même une expression über cheap, ça ne sert strictement à rien.
Un peu comme ce blog d'ailleurs. Parce que s'il est inutile de montrer sa frimousse au reste du monde, raconter des conneries sur dans un fichier php mis en ligne, ça reste très moderement utile.

L'être Humain serait-il par nature narsissique ?
J'en doute très fortement.
Voyez vous, j'suis con, profondement con diraient même certains. Mon méfait ? Oh, être un tantinet idéaliste. Un truc qu'on croise plus très souvent. Oui je crois en un idéal un peu complètement oublié de nos jours, dans notre société. Un truc qui dirait quelque chose dans ce genre : L'Homme est bon.
Vous voyez là la couche que je tiens ?
Et vous imaginez le bordel que ça serait si notre modèle social était basé dessus ?
Plus de possibilité aux journalistes de se prétendre intelligent en dénigrant ceci ou cela de l'Homme, plus de possibilité à la politique de régler ses dossiers tendus en mettant tout sur le dos du mauvais homme. On serait obliger de regarder le mec en face dans l'métro avec un grand sourire, d'aider le mec qu'on croise sans toit dans la rue.
Nan nan, oubliez. C'est vraiment trop bordelique.

Mais pourquoi cet impressionnant hors sujet mielleux et moraliste me demanderez vous ?
Nan na, ce n'est pas amour (du gout) du partage en live, même si ça pourrait l'être.
C'est plus que cet idéal me permet avantageusement, et sans trop d'effort (ca me va bien) d'avancer dans notre débat qui n'en est pas un.
Oui, si l'Homme est un gentil bisounours, tout bien, tout gentil, pourquoi ce narcissisme latent ?

Ha ha ha ! j'vous clou l'bec, j'en suis sur !
Nan ?
Arf, dommage ...

N'empèche, quand on y pense, le but ultime de ce besoin de reconnaissance, c'est d'être une star, nan ?
Un héros pour ceux qui sont restés dans un monde moyennageux, à la limite.
Mais oh ! C'est dingue tout de même ! Nan ?
On veut être tous des stars !

Mon Dieu ! Ô Doux Jésus ! Dans quel pétrin nous sommes !
Oui, mes p'tits macarons ! Nous sommes tous des bons petits produits de cette société de consomation et de l'image !
Ô fin du Monde ! Ô Grands Dieux ! Je vois venir l'apocalypse ! La star ac' vaincra !

Et sinon, pour revenir un peu sur Terre (bin ouai, on y est pas si mal, nan ?), c'est quoi être une star ?
Hein ? Pourquoi on aurait pas droit de rêver d'être une star ? (rockstar pour ma part .. et vous ?)
Les stars seraient-elles l'incarnation du mâââl ?
Bon, on evite les cas Bardot&Cie, siouplé ! Mais c'est vrai quoi ! Ils sont vraiment tous des vilains les stars ?
Je vous poserais bien aussi la question qu'est ce qu'une star, mais c'est vraiment tomber dans la facilité. Nan, moi, j'me demande plutôt, qu'est ce qu'elles ont de si bien ces stars, pour qu'on veuille leur piquer leur place °o°
Parce qu'au fond, on veut tous l'être, ça ne peut pas être foncièrement mauvais. Au contraire.

Alors ? Qu'est-ce qu'elles ont de si bien ces stars ?
Où se situe la différence fondemmentale entre Bill des Tokyo Hotel, Nicola Sirkis (iiiinnddooochhiiinneee), Julia Roberts ou qui sais-je encore et François Lipouta ou Ginette Hécline ?
A part le fait que les uns ont un talent musical/théatral plus developpé. Ça fait pas un Homme ça !

Bon ... Et bin voila.
Oui, voila quoi.
On a pas besoin de ça. Ce besoin de gloire et de lauriers, ça sert à rien.
Oui, c'est une conclusion qui tombe brutalement, qui est un gros raccourcis et qui ne sert à rien. Pire, qui ne s'articule même pas avec ce qui précède
Mais fallait bien que je retombe sur le début, puisque j'ai dit que c'était la fin.

Oh et puis, j'vais pas vous servir une vraie conclusion comme ça sur un plateau.
À la limite, si vous payez ...
Sinon, faudra réfléchir.
Et puis peut être qu'il y a pas de conclusion ?
Ou qu'il y en a plusieurs ?

Moi j'finirais bien par un : Parce qu'on est tous des stars.
Mais j'veux pas vous influencer.
A merde je l'ai dit !
Non, ce billet n'en finit pas.
C'est le billet sans fin.
C'est pour qu'il se lise sans faim.

Ok, je sors. Mais vous ne m'empècherez pas d'assumer tous les jeux de mots foireux, blagues à deux balles et autres conneries de ce billet !

9 11 2007

D'autres diverses petites conneries

Je continue à vous refourguer diverses et autres petites conneries qui m'ont fait loler quelque peu.
En fait, nan pour le coup, c'est trois vidéos qui m'ont plus impressionnées/marquées que fait rire.

On commence avec une vidéo des I'm from barcelona (je sais c'est un peu un nom a dormir debout ... mais c'est pas pratique du tout).
Reste que je kiff trop du blanc de poulet leur buff. Spécial dédicace à Nouille. (vi, on a été plagié ! °o°)

Ensuite, un allemand compètement marteau.

Pour finir, le dernier clip des Fatals Bazouka feat. Yelle.
Y a pas mal de monde qui en prend pour son grade, notament Gwen Stephani, Avril Lavign, Vitaa ... si vous y trouvez d'autres référence, dites toujours. (houu je sens les lourds venir.... nan nan, pas besoin de dire "toujours")
Bref, comme dirait (encore une fois) pépin, voila une nouvelle parodie particulièrement fruitée (oui, j'vais envie de placer fruité). Un peu comme tout l'album de Yelle.

Bon, comme dirait Jean, ca sera tout pour ce soir.

Edit : A la limite, ca n'a rien à foutre ici, puisque n'a rien à voir avec les conneries de la catégorie, mais je viens de tomber sur une vidéo qui me bouscule tellment ...
Living darfur de Matafix. En plus d'être une chanson qu'est une tuerie cosmique, ce clip à un je ne sais quoi qui me boulverse.
Peut être parce que je ne suis jamais rentré complètement de mon voyage en afrique, que les gamins du clip me rappelle les "Yovo! Yovo ! Bonjours ! Ca va bien ! Meerci !".
Peut être parce que je me sens furieusement con a ne rien faire pour cette culture en ce moment. 'Tain, un jour, j'y retournerais ! O_o

Edit 2 : bon, apres, j'arrete.
Mais vraiment, l'animation vaut le détour. Musique de Yann Tiersen, of course :p

6 11 2007

c'est une blague ?

'Tain mais c'est quoi ce délire ?!?!

L'autre jour je me bouge pour m'acheter des chaussures (y a un moment, il faut ...), et bin, si je savais ce qu'il m'attendait ...

Pas une paire en dessous de 90€ dans les magasins de la galerie du centre commercial voisin.
Bordel, mais c'est quoi ce délire ?
Oui je sais, saypabien les vilains mots ... mais bordel ! Ca choque personne ?
Une paire de godasse 100 € ?

Il n'y aurait pas un problème quelque part ?
On se foutrait pas un poil de ma tête ?
Nan, parce que je veux bien que les bonhommes de la chaine de production/vente se sucre au passage...
A la limite, si ça se vend, pourquoi pas se faire du fric, qu'on va m'dire.

Oui, mais non, moi ça m'effraie.
anapeur

Ça m'effraie déjà de savoir qu'il y a assez de monde pret à payer ce prix pour une vulgaire paire de pompe qui sera morte dans même pas un an.
C'est moi qui suis complétement fauché, ou est-ce que je suis à part de mes congénères à ne pas vouloir mettre plus de 20 € pour des pompes ?
Après, faudra pas vous plaindre si je me gausse lorsque vous me dirrez : "ouai non, je peux pas, c'est trop cher, patati, patata ..."
Ah, oui, certes, John (ou Johnette, j'suis pas sectaire), mais quand on fout 100 € tous les 6 mois dans une paire de pompe, forcement, le budget il en prend plein sa gueule, hein.

Bon, je passerais outre que les pompes étaient d'un gout exquis pour la plus part (il y aurait des stylistes à pendre, moi j'vous l'dis), ceci étant plus subjectif ...
Quoique ...
Hein, l'assemblage cuir marron/tissus rose, j'en ai encore les yeux qui saignent.
Maybon. J'imagine que tout le monde ne peut avoir mes gouts raffinés... (sic)

Mais je crois que ce qui me tue le plus, c'est d'imaginer le cout de production de ces godasses.
On pourrait se demander si elles ne sont pas fait en cuir de peau de cul de pangolin.
Je sais pas, fabrication artisanale selon l'art antique papou, nécessitant un travail complexe.

Mais non, j'ten fous !
Je suis prêt à parier ma main au feu qu'elles sont de fabrication chinoise, philipienne ...
On peut à peine espérer qu'elles ne sont pas faites par des mômes.

Moi j'dis, y en a qu'ils s'en mettent plein les popoches !
Faudra juste qu'on m'explique l'utilité d'être pété de thunes commak. C'est un truc que j'ai jamais compris ça, l'utilité d'être plein aux as.
'Fin bon, moi j'dis qu'ils ne comptent pas sur moi !

Vi, finallement, j'ai trouvé mon bonheur dans une célèbre chaine de supermarché de la chaussure, dans des halles à ce qu'il parrait.
J'en sais pas plus sur leur lieu de fabrication, leur qualité ... mais pour 20€, j'ai un peu l'impression de moins parcitiper à ce foutage de gueule géant ...

Il m'en faut peu, je sais ...
Nan, c'est vrai quoi ... moi et les marques ...

1 11 2007

divagations nocturnes

Je ne sais pas trop ce que je vais écrire encore en ce moment même où je prends la plume, enfin, façon de dire.
Car la plume est dans l'air du temps, et elle s'est faite plastique et touches.
Mais voilà, toujours est-il que si je ne sais pas encore de la teneur de ce dit billet, il m'est en cette heure impossible de ne pas écrire.

Le besoin se fait existentiel.
Non pas que je veuille écrire des choses existentielles ... non, c'est en préparation depuis quelques jours ça.
Nan, je crois que je ne veux que me décharger du poids que j'ai sur le coeur.
Tout en essayant de garder un intéret à la chose pour vous lecteurs, de passage ou non.

Mais j'ai un problème avec un noble personnage, qui est un peu le centre de ma vie.
Oui, j'ai nommé l'Amour.
Noble, grand, voyageur, exaltant, inspirateur...
On peut lui trouver moults qualités, mais je ne lui vois au coeur de cette nuit qu'un vilain défaut :

L'Amour pèse.

Oui, il pèse affreusement.
Car quand il s'agit d'aimer sa vie, son prochain, ses convictions, d'orienter ses choix de vie selon l'humeur de son souffle, quand il s'agit de regarder les personnes à travers sa brume magique ... on est deux grands copains.
Mais j'ai l'impression qu'il a pour moi des desseins différents, autres, plus grands, je n'en sais rien, mais le voila bel et bien chevauchant sa monture la plus redoutable, la plus puissante, la plus déroutante ... ce destrier au nom d'Eros et au cris d'airain !

Vous n'avez toujours pas compris la chose ?
Oui, je crois que ce noble chevalier Amour s'est décidé de faire de moi un homme amoureux.

Celui qui ne peut passer cinq minutes de sa nouvelle vie sans penser à Elle.
Celui qui ne peut s'endormir avant le petit matin car Elle ne peut quitter son esprit.
Celui qui ne peut passer une nuit sans rêver d'Elle.
Celui qui ne peut faire la moindre chose sans y trouver une référence à Elle.
Celui qui laisserait tout tomber juste pour répondre à son invitation à La rejoindre.

Oui, c'est beau.
Oui, c'est fort.
Oui, j'apprécie tout cela.
Oui, j'avais oublié depuis le temps ce que cela faisait.
Oui, cela m'avait horriblement manqué.

Mais tout cela, ce n'est qu'une face de la chose.
Ce ne serait que romancer la réalité, en oublier une composante importante, cela n'est que la glace du miroir, cela n'est que la partie de l'Amour que j'appellerais le romantisme.
Et cela n'est pas la partie qui m'intéresse ce soir, car ne me pose pas de questions.

Oui, en effet, de ce prime abord, pourquoi l'Amour amènerait à se poser des questions ?
Si on part de ce point de vue là, non, je n'ai pas de questions et qu'une envie : construire une histoire, commencer une aventure, une de plus dans ma vie actuelle après ma vie professionnelle, chercher une nouvelle façon de me réaliser à travers de la réalisation d'une personne, tout cela par le biais primordial de la réalisation d'une relation de couple.
Ca peut parraitre assez abscon, mais ca résume bien mes pensées actuelles. (j'me comprends, j'me comprends comme dirait l'autre)

Mais voila, ce qui m'intéresse ce soir, ce qui me pèse sur le coeur en cette nuit, ce qui me pousse si ardemment à écrire, c'est l'envers du miroir.
Car oui, ce que ne dit pas l'histoire, la moins belle, la vraie, c'est que l'Amour sur son grand et beau destrier fout un sacré bordel quand il passe, et que je m'en serais bien gardé.
Et soulève au passage un grand nuage intérogatif.

Quelles sont donc ces intérogations, allez-vous me demander à très juste titre.
Et bien tout d'abord, pourquoi l'Amour, pourtant si noble chevalier, se sent obligé de faire un si grand tintamare quand il se pointe à notre porte.
J'étais plutôt bien dans ma petite vie pépère jusque là.
Depuis quelques mois, ma reflexion sur pas mal de questions me tracassant depuis de nombreuses années avait bien avancée, je commençais à enfin me poser intèrieurement, à gouter goulument à une paix intèrieur, à prendre plaisir de ma propre compagnie, à savoir où aller et pourquoi ... Bref, tout allait comme sur des roulettes.

Mais non, il a fallut que ce grand nigaud d'Amour ramène sa pomme.
'Tain, c'est quoi son problème à lui ? Dès qu'on l'oublie, qu'on ne l'appelle plus, il se doit impérativement de ramener sa pomme !
Bon, certes, je l'attendais un peu. Et bien que je l'attendais, cette andouille a tout de même trouvé le moyen de me surprendre, de me coincer et me trouver tout bête, là, pris à l'improviste.
Pris à l'improviste ? Vraiment ? Nan. Surpris, mais non dérouté au départ.
Je l'ai même vu venir, ce grand dadet, avec les gros sabots de sa monture chatoyante. Mais au début, lassé de quelques mois de disettes, je ne me suis pas méfié.
" - Elle est jolie, sympathique. Serais-ce ... Oserais-je ? ...."
Et là, toutes, tous, me répondront en coeur :
" - Mais bien sur ! A rester dans coin, tu va rester seul. Et puis, qu'as-tu à perdre ?"

Ah ah ah ! Oui, j'ose me gausser de ce conseil si courrant, que vous connaissez sans doute tous, et vous appréciez plus ou moins, ca m'est égal.
Alors, oui, certes, avant de continuer, je dois vous donner un petit peu raison. C'est vrai qu'en apparence, cette jolie phrase est vérité dogmatique.
Il est vrai que lors d'une rencontre, il n'y a pas grand chose de plus à dire.

Lors du début d'une rencontre. Car ce n'est, comme je viens de le dire, qu'en apparence.
Car voila, notre toujours beau et noble chevalier Amour est complètement déterminé cette fois-ci.
Et il revient très rapidement à la charge, d'une violence redoublée cette fois-ci, d'une force extraodinaire. Et c'est là que les ennuis, si vous me le permettez, commencent.
Car ce n'est plus une rencontre, mais LA rencontre.
Ce n'est plus une fille qui m'émoustille, mais une muse, une fée, une princesse, un prix nobel de la paix, une génie, une dryade, une nymphe qui vous fait face, et cela en une seule et même personne.
Mais plus que ça, plus profondement que ça, c'est la personne qui, lorsque sonne une corde de mon âme, sonne d'une note qui s'accorde parfaitement à la mienne.
Ou tout du moins m'en donne cette exaltante impression.
C'est cette personne, alors qu'on ne commence seulement à apprendre à se connaitre, qui m'aspire toujours plus loin, me renvoie avec tant d'aisance, de force et de douceur au fond de moi même, me laissant là patauger dans un lieux que je ne commence qu'à apprehender. Et m'amène ainsi à raconter des choses que je ne raconterais pas de mon plein gré.
C'est cette personne qui me donne l'impression que ce début de relation est ouverture de portes sur ouverture de portes, chaque porte étant plus grande, chaque porte donnant sur un paysage plus beau, plus surprenant, plus intéressant.

Oui, je rommance, oui je divague, oui, je brode. Mais c'est plus fort que moi, de même ce qui se passe dans le dedans de moi. Que voulez-vous, elle m'inspire, elle m'exalte. Je crois qu'on appelle ça être amoureux (il faudra que je me renseigne)
Mais pendant que je reste abasourdis devant le possible caractère extraordinnaire de cette rencontre, une vile partie de mon esprit, incrédule, cynique et sans espoir me répéte sans cesse : "Ce n'est pas possible, ce n'est pas possible. T'es aveugle, mon con, t'as manqué quelque chose."
J'aimerais pouvoir vous expliquer le fondement de cette vilaine petite pensée de façon poétique, jolie, romancée ... mais son cynisme m'en empèche.

Tant pis. Serrez les dents.

Car oui, si cette petite voix répète sans cesse ceci, ce n'est pas completement sans raisons.
Oui, regardez mieux le cheminement que je viens de vous décrire :
Il y a d'abord la rencontre d'une charmante demoiselle qui m'émoustille. Puis, l'émoustillement faisant son effet, les quelques discussions allant avec la rencontre, l'agréable moment qu'est la rencontre (point de loin le plus important à mon gout), tout cela fait que je décide de pousser un peu plus loin, voir ce qui se cache en cette charmante demoiselle. Jusque là rien d'anormal, les mauvaises langues me diront que si, j'ose aller voir plus loin et c'est ça c'est pas normal, mais ce sont de mauvaises langues, alors, laissons les de côté.
Là où la petite voix prend sa source, c'est la dite découverte de ce qui se cache au dedans de la demoiselle : un trésor.
Pourquoi un trésor ? Pas l'envie, le courrage de raconter ca ici. Je crois que c'est à elle seule que je le raconterais d'ailleurs.

Mais, comment est-ce possible d'être touché à ce point par quelqu'un si peu de temps après l'avoir rencontrée.
Comment est-ce possible qu'en si peu de temps soient dévoillées tant de merveilles que mon coeur en chavire complètement, renversant par là même ma raison ?
Est-ce que je me suis entiché de cette personne, que l'Amour, ce grand chevalier rend aveugle (les reflets de l'harnois) et que je fabule ?
J'ai du mal à croire à cette explication, pour pas mal de raisons. Non, non.
L'ouragan qui fait rage dans mon coeur est bien trop violent pour une explication si bête.

Il y a bien une raison à tout ceci.
Mais cela ne me dit pas comment je puis ainsi tomber si facilement et si violement amoureux.
Serais-je tombé sur une personne si exceptionnelle...
Mais encore la même question : comment aurais-je pu en appercevoir tant en si peu de temps... (bin parce qu'elle est exceptionnelle pardi !)

Je commencerais à croire qu'il y a quelque chose de Divin dans l'histoire.
Une force trop grande, trop force, trop pleine, trop profonde pour être appréhendée par un simple esprit comme moi.
Un peu à l'image de ce que je ressens à chaque je vois l'empreinte de Ses pas aux cotés des miens, quand je regarde derrière moi...
Oui ... ça pourrait être possible ...

Mais tout cela ne me mène que vers un seul fait :
Mon p'tit coeur, aveugle ou non, à tord ou non (je vous laisse le choix, le miens est fait) a l'ultime sentiment d'avoir là à ses côtés un coeur d'une valeur ... unique.
Si grande, si belle, qu'il en est terrorisé.
Car si lorque je peux m'en tenir à l'adage cité ci-dessus "A rester dans coin, tu va rester seul. Et puis, qu'as-tu à perdre ?" je suis encore libre d'improviser, de broder, de composer ma musique de flirt, mais losque je m'apperçois que je viens de faire la connaissance d'une telle personne ...
Qu'ai-je à perdre ? Mais tout !

...

Bin oui, du coup je me retrouve à rien faire, à ne pas oser avancer, à douter de moi.
Nan, ce n'est pas du manque de confiance en moi. Nan je crois que ca va plus loin.
Je me sens juste d'un seul coup tout petit, tout humble.
Alors je sais ce qu'on va me rétorquer de suite :
" - Mais patate, les filles aiment les mecs sûrs d'eux, qui déborde de confiance, jusqu'à en être presque vaniteux. Prends toi en main, bouge toi, réveille toi !"
J'en ai malheureusement de plus en plus l'impression. Mais bon. Non. Je ne puis faire autrement. C'est con.
Je me sens juste humble, et ne pourrais avoir un autre comportement qu'humble. Point barre.

Alors il ne me reste plus qu'a prier. A prier que cette personne soit vraiment un vrai trésor, et qu'elle cherche un peu plus loin que les apparences le voudraient. Quand bien même nous le faisons si rarement.
Et dans cette situation là, il ne manque juste que la personne soit déjà en couple, pour mettre un point final au tableau ...
Mon Dieu, à quand mon tour ?
Serais-je si peu pour mériter cela ? Demanderais-je tant pour que ce soit ainsi trop ?
Voila plusieurs années que je me suis abandonné à Ta Volonté, quelques temps que j'ai choisis de me donner à mes convictions. Et je continuerais, quoiqu'il se passe.
Mais j'aurais parfois tant besoin de cette épaule ...


Voila.
C'est finit pour ce qui est de se loooong billet. Je ne pensais pas qu'il serait si long, mais ... si
J'ai un peu l'impression de faire une énorme connerie en postant ça, mais, bon, il est 5h27 exactement sur l'heure de mon pc, et je ne suis plus trop en état de juger des probables conséquences de ce billet. Alea jacta est !
C'était donc mes divagations nocturnes, qu'ont pourtant bien essayés Max et ma guitare de casser, mais il faut croire que cela devait vraiment sortir.
Tout ceci peut parraitre un peu fou, excessif, mais n'est ce pas une carractéristique de l'Amour ?
Et puis tout cela viens du fond du dedans de moi, et dans l'fond, j'suis un peu excessif, alors :p
Si vous êtes arrivés jusque là ... merci. :)
J'ouvre volontairement la fin du billet sur d'autre thèmes, me permettant ainsi d'enchainer par d'autres billets déjà en préparation.

Merci à Elle.
Merci au CD de Taizé, qui a bercé en fond ma réflexion.